Art & Thérapie

Art Thérapie à Paris

Arts & Psychothérapie

Présentation générale de l’art-thérapie utilisant les Arts Plastiques par Dominique Sens

 

Histoire

Les arts plastiques thérapies, ou encore « art thérapie », sont une des plus anciennes disciplines des arts thérapies. Les origines de l’art-thérapie utilisant les arts plastiques sont tributaires d’une histoire qui s’enracine à la fois dans l’art asilaire en relation à la maladie mentale et dans la remise en cause par les artistes peintres, les sculpteurs ou les critiques d’art des critères académiques définissant la notion d’œuvre plastique du « système » des Beaux-Arts.

L’origine médicale

D’un côté, la psychiatrie française qui fait figure de proue, avec la pathographie de certains artistes malades mentaux ou la psychopathologie de l’expression tentera d’objectiver les productions des patients psychiatriques par une sémiologie des œuvres et de tenir un discours rationnel et scientifique sur la création des malades mentaux.

L’origine artistique

De l’autre, à un niveau international — notamment avec les surréalistes — des artistes contesteront parfois avec véhémence le caractère « pathologique » des œuvres des malades mentaux et la notion de « beau », privilégieront le besoin d’une expression authentique et personnelle par rapport au respect des traditions académiques, considèreront l’art comme un moyen de réalisation de soi-même.

L’évolution de la place de l’artiste dans la société

A cela s’ajoute un aspect d’ordre sociologique qui concerne l’évolution du rôle et de la place de l’artiste dans les sociétés démocratiques postindustrielles.

Une discipline nouvelle

En France, depuis les années 70 – 80, s’est constituée une pratique utilisant la peinture, le modelage, le dessin dans un but thérapeutique, qualifiée « d’art-thérapie » tendant, d’ailleurs, à circonscrire cette pratique aux seuls arts plastiques alors même qu’elle concerne la musique, le théâtre, les marionnettes, la danse… C’est un peintre anglais, Andrian Hill, qui utilise pour la première fois, en 1942, le terme de : « Art therapy ».

Les techniques

Les techniques utilisées en arts visuels peuvent être la peinture, le dessin, le modelage, la sculpture, la mosaïque, la création de masques, les marionnettes, la photographie ou la vidéo.

Thérapie individuelle ou thérapie groupale?

Les méthodes thérapeutiques proposées en institution sont en relation aux indications posées de façon collégiale par une équipe de soin, soit individuellement par l’art-thérapeute qui évalue la pertinence de tel médium, soit en concertation avec un médecin du service dans lequel intervient l’art-thérapeute. Ces méthodes relèvent d’une prise en charge en relation duelle, d’une pratique individuelle en situation de petit groupe ou encore d’une pratique de création de groupe.

Pour qui?

Le spectre des prises en charge est relativement large puisqu’il concerne le handicap, les troubles psychologiques, les situations de précarité, de vulnérabilité et de dépendance aux différents âges de la vie (enfants, adolescents, adultes, personnes âgées). La richesse et la variété des supports utilisés dans les séances d’art-thérapie sont à considérer dans l’évaluation préalable nécessaire à toute indication.

Les indications

L’indication en art-thérapie se rapporte à l’offre d’une médiation artistique dans le cadre d’un soin faisant appel aux potentialités créatives et artistiques d’une personne en situation de difficulté ou dans une recherche d’élucidation d’un conflit particulier. Cela suppose un repérage initial de la problématique qui peut-être d’ordre psychique, somatique ou social.

L’orientation

Une approche diagnostique est le plus souvent effectuée en amont de la prise en charge par un spécialiste qui oriente la personne vers le professionnel art-thérapeute. Dès lors, il s’agit pour l’art-thérapeute plasticien d’établir une évaluation des capacités expressives du sujet, de réfléchir à la pertinence des moyens artistiques à mettre en œuvre dans un but curatif, palliatif ou préventif.

L’offre d’une médiation

L’offre d’une technique plastique (dessin, peinture, modelage, collage…) s’inscrit dans une relation soignant – soigné qui s’appuie sur un modèle théorique ainsi qu’un cadre mis en place en fonction d’une population et d’objectifs de travail psychothérapeutique, socio-thérapeutique ou éducatif.

Accompagner la création

Quelque soit le modèle théorique utilisé (psychanalytique, cognitivo-comportemental, gestaltiste, jungien), l’art-thérapeute cherche à faire émerger et à accompagner l’expression artistique du sujet, dans une situation relationnelle duelle ou groupale en utilisant des techniques graphique ou plastique.

L’indication

Qui pose l’indication ? Le souvent, en institution, l’indication est proposée au patient ou à la patiente, au bénéficiaire, à l’usager par un médecin psychiatre, un psychologue clinicien, un responsable de structure de soin, d’un service éducatif ou d’insertion, une équipe de soin pluridisciplinaire (comprenant l’art-thérapeute), sur la base du consentement de la personne et de son adhésion à l’approche proposée.

La qualification pour exercer

Dans un cadre de prise en charge en pratique privée, l’indication est posée par l’art-thérapeute, ce qui suppose une qualification en psychologie et en psychopathologie avec la possibilité éventuelle de s’adosser à un référent extérieur (médecin, psychologue clinicien, superviseur art-thérapeute). Des contre-indications sont possibles et renvoient à l’appréciation initiale de la demande.

Le Statut

En France il n’y a pas encore de statut d’ « art thérapeute », les praticiens se trouvent donc avec ou sans formation, dans des cadres professionnels très variés. Pour les usagers il est donc essentiel d’obtenir une information précise sur les compétences et sur le cadre éthique des art-thérapeutes. C’est la tâche des associations professionnelles, des formations universitaires et privées que de veiller à la formation et au respect éthique des art-thérapeutes quelque soit leur spécialité.

L’art thérapeute plasticien

Les différentes conceptions des arts plastiques thérapies impliquent notamment des objectifs, des savoir-faire et des positionnements professionnels particuliers.

Différents positionnements

Selon la position adoptée par le praticien ou la praticienne, souvent tributaire d’un environnement institutionnel, celui-ci ou celle-là se considérera comme un membre d’une équipe paramédicale et non comme un psychothérapeute ou bien, selon une autre conception, il ne sera pas un soignant mais un « médiateur » entre le patient et l’équipe soignante, comme dans d’autres cas, il sera un accompagnateur de la création sans pour autant être un enseignant, voire un « témoin » du processus de création.

La formation du psychothérapeute avec médiations plastiques

Enfin, il pourra aussi se considérer comme un psychothérapeute faisant appel à une méthode spécifique dans le champ de la santé mentale (s’il est par ailleurs psychologue ou médecin ou inscrit par l’Agence Régionale de Santé au registre des psychothérapeutes, condition pour le statut de psychothérapeute). Dans tous les cas, l’art-thérapeute a une formation artistique et une pratique réelle et approfondie des médiations qu’il utilise.

La psychothérapie à médiations artistiques

Il existe une actualité clinique et un intérêt grandissant pour ce qu’on pourrait nommer une clinique des médiations thérapeutiques référée à la psychanalyse. Cette approche considère l’activité artistique plastique comme un moyen psychothérapeutique afin d’accéder à un travail d’élaboration psychique par la mise en place d’un cadre conçu comme une variation de la technique analytique.

La place de la parole

S’il n’y a pas d’opposition de principe, entre l’art de la thérapie et l’art-thérapie, c’est à la condition de comprendre que le signe d’apposition reliant les termes « art » et « thérapie » métaphorise l’activité de liaison par la parole. Cela suppose que l’art-thérapeute pratiquant une psychothérapie à médiation artistique ait une connaissance personnelle de l’analyse, un savoir sur les fondements théoriques de la métapsychologie, qu’il possède une qualification de psychologue clinicien ou de psychiatre et qu’il ait une pratique approfondie de la médiation proposée.

Une pratique qui s’inspire de la psychanalyse

La plupart des auteurs s’accordent pour considérer l’implication du corps, l’utilisation du médium, la dynamique transférentielle sur l’objet et la verbalisation comme étant le mode spécifique d’inscription des médiations artistiques dans le champ de la thérapie analytique.